dimanche 31 août 2008

Gouvernement malien et Alliance démocratique : Engagement pour la restauration de la paix et le développement du Kidal


El Moudjahid - dimanche 31 août 2008

Gouvernement malien et Alliance démocratique : Engagement pour la restauration de la paix et le développement du Kidal

Les représentants du gouvernement malien et l'Alliance démocratique du 23-mai pour le changement à Kidal (nord du Mali), réunis depuis jeudi à Alger avec la médiation de l'Algérie, ont réitéré samedi leur engagement à poursuivre l'oeuvre de restauration de la paix, de la sécurité et du développement de la région du Kidal.
Cette oeuvre devra se concrétiser, ont-ils soutenu au terme de la réunion, à travers la poursuite de l'application des dispositifs de l'Accord d'Alger.
Par ailleurs, les deux parties se sont félicitées des "avancées accomplies" depuis leur précédente rencontre tenue à Alger du 19 au 21 juillet dernier, notamment en matière de renforcement du climat d'apaisement prévalant dans la région et la libération de 32 militaires maliens détenus par l'alliance. Les deux délégations ont convenu, au terme de la réunion, d'un chronogramme visant la réactivation des structures d'animation de l'accord d'Alger, la libération des éléments de l'alliance détenus et de la reconstitution des Unités spéciales de sécurité.
Elles se sont engagées aussi en faveur de la facilitation du retour des éléments de l'alliance, et des personnes déplacées, notamment à travers la suppression des postes de contrôles militaires établis à Kidal et l'accélération de la mise en oeuvre des programmes de réinsertion et de développement au profit de la région.
La participation de l'alliance à la commission d'enquête chargée de déterminer les circonstances de la mort de certaines victimes des derniers évènements figure, également, parmi les résolutions de cette réunion de trois jours.
A cet effet, le gouvernement malien et l'alliance s'engagent à "coopérer étroitement pour préserver la paix et la sécurité dans la région et créer les conditions propices au retour des personnes déplacées, ainsi que le déminage des zones minées".
Par ailleurs, une rencontre tripartite (le Mali, l'alliance et l'Algérie en qualité de médiateur) se tiendra prochainement pour évaluer l'ensemble des mesures arrêtées.
A cette occasion, les représentants du gouvernement malien et ceux de l'alliance ont tenu à exprimer "leurs vifs remerciements au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, pour son engagement personnel en faveur de la réconciliation entre les frères maliens et la promotion de la paix, de la sécurité et du développement dans la région" de Kidal.
Après avoir souligné les efforts consentis par l'Algérie et à sa tête le président Bouteflika en faveur de la stabilité du Mali, le chef de la délégation malienne, le ministre de l'Administration territoriale et des Collectivités locales, M. Kafougouna Koné, a salué cette réunion qui, a-t-il dit "constitue un grand pas dans le rapprochement entre le gouvernement malien et l'alliance", engageant les deux parties à s'"allier contre un ennemi commun qui est le sous-développement".
De son côté, le chef de la délégation de l'alliance et son porte-parole, M. Ahmada Ag Bibi, s'est félicité de "l'avancée enregistrée lors de cette rencontre et de la reprise de l'application de l'Accord d'Alger", affirmant la volonté de l'alliance à "poursuivre l'application de cet accord malgré les difficultés".
"C'est un grand pas que nous venons de faire aujourd'hui et les jours qui viennent vont le confirmer", a-t-il relevé, ajoutant que "la confiance qui est en train de s'installer entre les deux parties va dans l'intérêt du pays (Mali) et de la région" (Kidal).
Au terme de la réunion, le facilitateur algérien, M. Abdelkrim Gheraïeb s'est réjoui des résultats ayant couronnés cette réunion, rappelant que la priorité reste "l'amélioration de la situation socio-économique de la région de Kidal et son développement".
Il a expliqué, par ailleurs, que cette rencontre avait pour but de confirmer que le cessez-le-feu et la trêve décidés par l'Accord d'Alger sont toujours respectés, ajoutant que les familles déplacées seront "bientôt reconduites vers leurs régions respectives, conformément aux conclusions de la commission chargée du dossier".
M. Gheraïeb, a précisé également qu'"une première unité spéciale rejoindra dans une quinzaine de jours Kidal et sera suivie par d'autres unités".
Grâce à la médiation de l'Algérie, un "rapprochement significatif des vues" a eu lieu entre le gouvernement malien et l'Alliance démocratique du 23-mai pour le changement, rappelle-t-on.
Les deux parties et le facilitateur algérien avaient confirmé, lors de leur précédente tripartite tenue du 19 au 21 juillet dernier à Alger, leur "attachement" à l'Accord de paix signé à Alger le 4 juillet 2006 et "renouvelé leur confiance en la facilitation algérienne pour relancer l'oeuvre entamée pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal".

L'évacuation de La Nouvelle-Orléans a été ordonnée

Le maire de La Nouvelle-Orléans qualifie l'ouragan Gustav de "mère de toutes les tempête" et ordonne l'évacuation de la ville à compter de dimanche. Gustav a fait au moins 85 morts dans les Caraïbes et a balayé la partie occidentale de Cuba.

Par AFP (texte) / Régane Ranucci et Lanah Kammourieh (vidéo)

* Réagir (1)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Lire aussi l'article "L'ouragan Gustav déferle sur la campagne électorale"







Après avoir balayé avec des vents d'une rare intensité la partie occidentale de Cuba, l'ouragan Gustav se dirigeait dans la nuit de samedi à dimanche vers le Golfe du Mexique et l'Etat américain de la Louisiane, où les autorités ont donné l'ordre d'évacuation à la population.

Après avoir fait 85 morts lors de son passage en Haïti, République dominicaine et Jamaïque, Gustav a fait samedi plusieurs blessés et causé des dégâts importants en traversant la partie occidentale de l'île de Cuba avec des vents se situant en moyenne à 240 km/h mais avec des rafales atteignant 340 km/h, selon l'Institut de météorologie de Cuba (Insmet).

Gustav est devenu sur Cuba un ouragan "extrêmement dangereux" de catégorie 4 et pourrait atteindre la catégorie 5, la plus élevée sur l'échelle Saffir-Simpson (supposant des vents à plus de 250 km/h), en direction dimanche du Golfe du Mexique puis, lundi, de la Louisiane et du Texas où l'état d'urgence a été déclaré par le président George W. Bush, selon le Centre américain des ouragans (NHC), situé à Miami (Etats-Unis).

Le maire de la Nouvelle-Orléans, Ray Nagin, a ordonné l'évacuation dimanche de la ville devant la menace de Gustav, qu'il a qualifié de "tempête du siècle", avertissant que ceux qui resteraient seraient livrés à eux-mêmes.

"C'est la mère de toutes les tempêtes", a affirmé M. Nagin, ajoutant que "cette tempête est si puissante (...) que je ne suis pas sûr que nous ayons déjà vu quelque chose de similaire".

En dépit de la menace, moins de la moitié des habitants ont quitté, selon le maire, la ville qui avait été en partie ensevelie sous les eaux lors du passage de l'ouragan Katrina en août 2005.

Katrina, l'un des ouragans les plus destructeurs à avoir touché les Etats-Unis, avait fait 1.500 morts en Louisiane et dans les Etats voisins.

Quant à Gustav, il doit commencer arriver dans la journée de dimanche vers le Golfe du Mexique où se concentre un quart de la production américaine de pétrole brut, risquant ainsi de faire chuter les prix de l'or noir sur les marchés.

Une partie de la production de pétrole dans cette zone a été ou va être d'ailleurs interrompue alors que le personnel doit être évacué vers la côte en raison de Gustave, ont indiqué samedi les compagnies Shell et ExxonMobil.

A Cuba, l'étendue des dégâts causés samedi par l'ouragan restait encore inconnue.

L'île de la Jeunesse, à une centaine de km au sud de l'île même de Cuba, a été traversée la première samedi par l'oeil du cyclone qui y a laissé, selon un correspondant d'une télévision cubaine sur place, un "paysage de désolation".

"Jusqu'à maintenant, nous n'avons reçu aucun rapport sur des pertes de vies humaines (...) mais nous avons plusieurs blessés, aux bras, aux jambes et à la tête", a pour sa part déclaré Ana Isa Delgado, chef de la Défense civile sur cette île, interrogée sur la chaîne cubaine.

Des "dégâts considérables" et des inondations, alors que les vagues avec des creux de 5 mètres, ont été aussi rapportés par la Défense civile dans les provinces occidentales de Pinar del Rio et celle voisine de La Havane.

Quelque 250.000 personnes ont été évacuées depuis vendredi des provinces occidentales de Cuba dans des refuges ou chez des particuliers, selon la Défense civile. Au total 1.200 touristes étrangers, essentiellement des Canadiens et des Italiens qui se trouvaient sur l'île de la Jeunesse, ont été transférés en lieux sûrs, selon les autorités cubaines.

A La Havane placée en état d'alerte maximale, les rues désertes et plongées dans le noir faute d'électricité étaient battues par la pluie et le vent dans la nuit de samedi à dimanche, mais aucune évacuation n'y a été rapportée par les autorités.

Gustav a laissé derrière lui jusqu'à maintenant au moins 66 morts en Haïti, onze en Jamaïque, alors que huit personnes ont péri en République dominicaine.


* Réagir (1)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

* Mettre cette page en favoris
* Del.icio.us
* Digg
* Reddit
* StumbleUpon

Click here to find out more!
[1] reactions :

*

31/08/2008 11:22:35 Signaler un abus
impuissance humaine!!

Par madjid algérie

Oui meme avec une technologie à point, meme avec tous les moyens à bord, certe on peut savoir le degrés d'intensité d'une catastrophe neturelle, mais on ne peut pas changer son cap, ni de diminuer de cette meme intensité, alors raisonnons bas, et voyons la réalité en face,,,

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080831-nouvelle-orleans-evacuation-ouragan-gustav-cuba

Des rebelles revendiquent des attaques dans le Delta



Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend), principal groupe armé de cette région pétrolière, dit avoir lancé une série d'attaques qui aurait fait 30 morts parmi les militaires. L'armée dément un quelconque affrontement.

Par Reuters (texte)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger, principal groupe armé de la région nigériane productrice de pétrole, a annoncé samedi avoir lancé une série d'attaques de représailles contre l'armée qui ont fait selon lui 29 morts parmi les soldats et six morts dans ses propres rangs.

L'armée nigériane a démenti l'existence d'un quelconque affrontement. "Tous nos hommes sont 'intacts' (...) Nous n'avons pas été attaqués", a déclaré le lieutenant-colonel Rabe Abubakar.

Les combats, a déclaré le Mend, ont impliqué des vedettes rapides, des grenades RPG et des missiles antichar. Ils ont eu lieu dans trois secteurs distincts du delta.

Le Mend a ainsi revendiqué trois attaques "coordonnées" dans les Etats de Bayelsa, du Delta et de Rivers qui ont débuté vers 19h30 (18h30 GMT).

Cette offensive, a-t-il dit, a été menée en réponse à ce que l'armée a présenté comme des "tirs d'avertissement", mais qui
ont tué des civils, dont des femmes et des enfants, selon le groupe.

Le Nigeria est le huitième exportateur mondial de pétrole, avec une production d'environ 1,9 million de barils par jour.


L'insécurité dans le delta a réduit la production du pays d'environ un cinquième depuis le début de l'année 2006, quand le
Mend a commencé à faire exploser des oléoducs et enlever des expatriés travaillant dans le secteur pétrolier.

L'OSCE dément avoir mis en cause la Géorgie

Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pointeraient du doigt la responsabilité de la Géorgie dans la crise caucasienne. L'OSCE dément.

Par AFP (texte) / Marianne Kerfriden (vidéo)

* Réagir (56)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont gravement mis en cause la Géorgie dans le déclenchement de la crise dans le Caucase, rapporte l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, ce que l'OSCE a toutefois démenti samedi.

La Géorgie a intensément préparé l'action militaire contre l'Ossétie du Sud et a lancé son offensive avant que les chars russes ne soient entrés dans le tunnel de Roki qui relie la Russie et la Géorgie, affirme Der Spiegel, qui cite des rapports d'observateurs militaires de l'OSCE en mission dans le Caucase, des documents parvenus selon lui de "manière informelle" au gouvernement allemand.

D'après le prestigieux hebdomadaire allemand, ces documents évoquent même la possibilité que des crimes de guerre aient été commis par la Géorgie qui aurait attaqué des civils d'Ossétie du Sud pendant leur sommeil.

Le porte-parole de l'OSCE à Vienne, Martin Nesirky, a démenti samedi que son organisation ait émis de tels documents. Les rapports régulièrement rédigés par la mission de l'OSCE en Géorgie sont envoyés par la voie diplomatique aux 56 Etats membres de l'organisation, y compris la Fédération de Russie et la Géorgie, a-t-il précisé.

Ils sont conçus "de manière transparente, impartiale et indépendante", et sont plus "factuels" qu'"analytiques". "Aucun de ces rapports ne contient des informations du type évoqué dans l'article de Der Spiegel", a affirmé M. Nesirky.

Le président russe Dmitri Medvedev a appelé samedi les Européens à envoyer plus d'observateurs de l'OSCE pour assurer "une surveillance impartiale" des actions du gouvernement géorgien.

Seule organisation à avoir reçu un mandat international pour agir dans la région, l'OSCE, qui est présente en Géorgie depuis 1992, disposait de huit observateurs militaires sur place au moment du lancement du conflit le 8 août.

Le conseil permanent de l'OSCE a décidé le 19 août l'envoi de 20 observateurs militaires supplémentaires en Géorgie.

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-georgie-responsabilite-conflit-caucase-tbilissi-saakachvili-osce-russie-georgie

"Marche blanche" contre la criminalité au Mexique

Criminalité, enlèvements, corruption policière... Las de l'insécurité grandissante qui touche le Mexique, ses habitants ont manifesté en masse dans 70 villes pour réclamer des mesures plus efficaces dans la lutte contre ces fléaux.

Par AFP (texte) / Récit P.Paccard (vidéo)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Les Mexicains ont manifesté samedi en masse contre la criminalité, les enlèvements et la corruption policière dans quelque 70 villes du pays, notamment dans la capitale où 200.000 personnes, selon la police, ont participé à une "Marche blanche" dans la soirée.

Des manifestations avaient commencé dès le début d'après-midi dans le centre et le sud du Mexique: 3.000 personnes conduites par des enfants vêtus de blanc à Pachuca, la capitale de l'Etat d'Hidalgo (centre), et 200 environ à Tapachula, ville frontalière avec le Guatemala (sud).

La violence a explosé dans le pays depuis que le président conservateur Felipe Calderon, arrivé au pouvoir en décembre 2006, a lancé une offensive contre les trafiquants de drogue en déployant dans le pays plus de 36.000 militaires et policiers.

Les manifestants réclament des autorités des mesures plus efficaces contre cette violence, liée essentiellement au trafic de drogue. Elle a déjà fait 2.712 morts depuis le début de 2008, en particulier dans l'Etat de Chihuahua (nord). Ce bilan dépasse déjà celui de l'ensemble de l'année 2007.

Jeudi, 12 hommes décapités, identifiés ensuite pour la plupart comme des délinquants, ont été découverts près de Mérida, la capitale de l'Etat du Yucatan (sud-est), épargnée jusqu'alors par les règlements de comptes entre trafiquants de stupéfiants qui tournent à la tuerie.

La décapitation est une forme de message entre cartels rivaux dans leur guerre pour le contrôle du trafic de la drogue, intense au Mexique qui est devenu une zone stratégique pour le transit des cargaisons vers les Etats-Unis.

La liste s'est ensuite allongée: vendredi, trois hommes ont été découverts assassinés et décapités à Nogales, localité frontalière des Etats-Unis située dans l'Etat de Sonora (nord-est), et un autre à Madère, dans l'Etat de Chihuahua. Samedi, deux soeurs ont été retrouvées décapitées à Durango (nord).

Les enlèvements contre rançon sont également devenus monnaie courante au Mexique: 323 cas officiellement enregistrés pendant le premier semestre 2008, 438 sur l'ensemble de 2007.

Le Mexique s'est particulièrement ému, début août, de l'enlèvement et de l'assassinat dans la capitale d'un adolescent de 14 ans, Fernando Marti: l'enquête a révélé que des policiers étaient impliqués.

Samedi en début de soirée, à l'appel d'une quinzaine d'organisations de défense des droits de l'homme et d'associations diverses, les manifestants se sont mis en marche par milliers dans quelque 70 villes du pays, de l'Etat de Chihuahua à la station touristique de Cancun, et dans le centre de la capitale.

Vêtus de blanc, ils portaient des cierges allumés, pour cette manifestation de masse intitulée "Illuminons le Mexique".

A Mexico, où une marche similaire avait rassemblé quelque 500.000 manifestants en 2004, la manifestation s'est terminée par un hymne national chanté à l'unisson, comme dans les autres rassemblements à travers le pays, à 20H30 locales (dimanche 01H30 GMT).

Le président Calderon avait annoncé au cours de la semaine que les opérations policières avaient conduit entre septembre 2007 et juin 2008 à l'arrestation de 22.000 personnes et à la saisie de 11.000 armes. Il avait souligné que plus de 100 policiers et près de 70 militaires avaient été tués en intervention.

Rappelant l'adoption la semaine précédente d'un "pacte national de sécurité" prévoyant une purge dans les rangs de la police et des condamnations plus lourdes pour les auteurs d'enlèvements, il avait également blâmé la population pour son "apathie".

"La force de la loi au Mexique a été menacée par des criminels qui, pendant des années, ont été confortés par la tolérance et parfois la corruption de certaines autorités, ainsi que par l'indifférence et l'apathie de nombre de citoyens", avait-il déclaré.

Sur ce dernier point, les organisateurs d'"Illuminons le Mexique" voulaient lui prouver samedi qu'il se trompe.

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-mexique-violence-manifestation-securite-merida-protestation-marche-blanche-ville-mexico

L'Italie présente ses excuses à la Libye pour la colonisation




Silvio Berlusconi a présenté à la Libye les excuses de l'Italie pour la période coloniale. Et s'est engagé à verser, en guise de dédommagement, cinq milliards de dollars sur les 25 prochaines années sous forme d'investissements.

Par AFP (texte) / Marianne Kerfriden (vidéo)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

L'Italie a présenté samedi ses excuses solennelles à la Libye et s'est engagée à verser à ce pays cinq milliards de dollars sur les 25 prochaines années au titre de dédommagements pour la période coloniale.

"L'accord portera sur un montant de 200 millions de dollars par an durant les 25 prochaines années sous forme d'investissements dans des projets d'infrastructure en Libye", a indiqué le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi à son arrivée à Benghazi, dans le nord-est de la Libye.

Cet accord censé régler le contentieux hérité de plusieurs décennies d'occupation et colonisation au siècle dernier a été signé un peu plus tard par le chef du gouvernement italien et le numéro un libyen Mouammar Kadhafi dans le jardin d'un ancien palais du gouverneur italien de Benghazi, alors sous l'occupation italienne.

"Il est de mon devoir, en tant que chef du gouvernement, de vous exprimer au nom du peuple italien notre regret et nos excuses pour les blessures profondes que vous nous avons causées", a déclaré M. Berlusconi dont les propos étaient traduits en arabe.

Il s'est auparavant incliné devant le fils du héros de la résistance libyenne contre l'occupant italien, Omar Mokhtar, dans un geste symbolique.

"Il s'agit d'un moment historique durant lequel des hommes courageux attestent de la défaite du colonialisme", a déclaré de son côté M. Kadhafi en levant la main en signe de victoire.

"Le peuple libyen a subi une injustice et a été agressé chez lui et il mérite excuses et compensations", a-t-il dit, en présence des ambassadeurs accrédités à Tripoli et des fils et petits-fils des héros de la résistance.

"L'accord doit mettre fin à 40 ans de désaccord. C'est une reconnaissance concrète et morale des dommages infligés à la Libye par l'Italie pendant la période coloniale", avait déclaré M. Berlusconi à son arrivée à Benghazi.

Il a précisé que parmi les projets qui seront financés par son pays figurait la construction d'une autoroute traversant la Libye d'ouest en est, de la Tunisie à l'Egypte, réclamée par Tripoli.

L'accord prévoit également la construction "d'un très grand nombre" de logements, l'installation d'entreprises italiennes en Libye, des bourses à des étudiants libyens en Italie et des pensions pour des mutilés victimes de mines anti-personnel posées par l'Italie pendant la période coloniale, a dit M. Berlusconi.

Il prévoit aussi une coopération dans la lutte contre l'émigration clandestine.

L'Italie réclame davantage d'efforts de la part de la Libye pour lutter contre l'immigration clandestine, mais une telle coopération achoppait sur les compensations réclamées par Tripoli pour plus de trente ans d'occupation italienne de 1911 à 1942.

M. Berlusconi avait emmené avec lui à Benghazi la "Vénus de Cyrène", magnifique statue sans tête du IIe siècle après JC découverte en 1913 par des archéologues italiens sur le sol libyen.

La statut a été officiellement remise par M. Berlusconi au colonel Kadhafi à l'issue de la signature de l'accord.

La visite de M. Berlusconi a coïncidé avec les festivités marquant le 39e anniversaire de la révolution libyenne, le 1er septembre 1969, qui a porté au pouvoir le colonel Kadhafi.

L'accord sur les compensations signé par la Libye et l'Italie intervient deux semaines après la signature d'un accord sur les indemnisations des victimes américaines et libyennes du conflit entre les deux pays dans les années 1980.

A Rome, l'association des rapatriés italiens de Libye a fait part de son indignation sur le montant des dédommagements.

L'association se bat depuis 38 ans pour obtenir de l'Etat italien une loi de compensation en faveur des milliers d'Italiens chassés de Libye par le colonel Mouammar Khadafi en 1970.

Alistair Darling pessimiste pour l'économie britannique



Dans une interview accordée au quotidien The Guardian, le chancelier de l'Échiquier (ministre britannique des Finances) Alistair Darling estime que la situation économique de la Grande-Bretagne est "peut-être la pire en soixante ans".

Par Reuters

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

LONDRES - Le marasme économique que connaît la Grande-Bretagne pourrait bien être plus profond et plus long que prévu, voire être le pire depuis 60 ans, a déclaré samedi le chancelier de l'Echiquier (ministre britannique des Finances) Alistair Darling.



Dans une interview accordée au quotidien The Guardian, il estime que le gouvernement n'a pas réussi à faire passer son message et qu'il va tout faire pour convaindre un électorat sceptique qu'il mérite d'obtenir un mandat de plus au pouvoir.



Selon Darling, cité par le site internet du journal, la situation économique est "peut-être la pire en 60 ans" au Royaume-Uni. "Je pense que ce sera plus profond et plus durable que les gens ne le pensaient".



La situation économique représente le défi le plus difficile que devra relever le Parti travailliste depuis les années 1980, dit-il. "Les douze mois à venir seront les douze mois les plus difficiles que le Labour connaîtra depuis une génération, pour être franc", continue le ministre.



La Grande-Bretagne a connu une croissance négative au deuxième trimestre de cette année, pour la première fois depuis le début des années 1990. Pour de nombreux économistes, le pays serait déjà entré en récession.

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

* Mettre cette page en favoris
* Del.icio.us
* Digg
* Reddit
* StumbleUpon

Click here to find out more!
[1] reactions :

*

31/08/2008 08:42:13 Signaler un abus
angleterre

Par Anonyme france

je pense que de ne pas etre avec l euro les britaniques sont punis avec le change tant pis pour eux

Nouveau retard dans la livraison de l'Airbus A380 à Emirates



Selon Le Figaro, la livraison du deuxième A380 à Emirates, compagnie aérienne de l'émirat de Dubaï et premier client de l'avionneur européen Airbus, devrait s'accomplir avec deux mois de retard.

Par AFP (texte)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

La livraison du deuxième Airbus A 380 à Emirates, la compagnie aérienne de l'émirat de Dubaï, va subir "un nouveau retard de deux mois", selon des informations publiées samedi par le quotidien le Figaro.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole d'Airbus n'a pas confirmé ce retard, se contentant d'indiquer que l'avionneur est "en discussions avec Emirates pour déterminer une date de livraison" du deuxième A 380.

"C'est à nos clients de communiquer sur les dates de livraison", a-t-il ajouté. Il a rappelé que Airbus s'est fixé comme "objectif ambitieux" de livrer douze Airbus A 380 cette année, dont quatre ont déjà été réceptionnés par Singapore Airlines et un par Emirates.

Emirates a mis en service le 1er août son premier avion géant A380 sur une liaison directe Dubaï-New York.

La plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient compte prendre livraison d'ici le printemps prochain de quatre autres A380, qu'elle mettra en service au départ de Dubaï pour desservir, outre New York, Londres, Sydney et Auckland. Les 53 autres appareils devraient être livrés d'ici juin 2013.

"Emirates, le premier client d’Airbus avec 58 superjumbos A 380 commandés, n’a pas reçu, fin août, comme prévu, son deuxième appareil", écrit le quotidien.

Le Figaro précise que "la livraison à Hambourg, retardée toujours pour les mêmes causes d’aménagement de la cabine, n’interviendrait pas avant le 20 octobre, soit avec près de deux mois de retard".

"Mais il est trop tôt pour mesurer l’impact du retard sur le calendrier de livraisons 2009", ajoute le Figaro, qui affirme encore que "la compagnie de Dubaï va devoir revoir ses plans de vol".

"L’arrivée dans la flotte du deuxième A 380 devait lui permettre d’ouvrir, le 1er octobre, un aller-retour quotidien Dubaï-New York", écrit le quotidien. "Au lieu de cela, Emirates exploitera un vol sur deux avec un Boeing 777-300ER et devra gérer une différence de capacité de plus de cent sièges", précise-t-il.

Emirates, avec 58 commandes fermes d'A380 sur 198 au total, est le plus gros client de l'avion géant européen.

Emirates est la deuxième compagnie à prendre livraison de l'A380, après Singapore Airlines qui en utilise déjà cinq, dont le dernier depuis mi-juillet sur la liaison Singapour-Londres.

De son côté, la compagnie aérienne australienne Qantas prendra livraison de son premier A380 à Toulouse vendredi 19 septembre, a confirmé le porte-parole d'Airbus.

L'héroïne chinoise du passage de la flamme à Paris à l'honneur

L'escrimeuse handicapée Jin Jing, qui avait protégé la flamme olympique des manifestants parisiens, a eu l'honneur d'être la première relayeuse du parcours de la torche des Jeux paralympiques.

Par AFP (texte) / Lise Barcellini (vidéo)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

L'escrimeuse handicapée Jin Jing, symbole en Chine du fiasco de la torche olympique lors de son passage en France, était à la Une vendredi de la presse chinoise pour sa participation au lancement de la flamme paralympique.

Jeudi, la jeune femme, en survêtement, surnommée "l'ange souriant en chaise roulante" par la presse, était aux côtés du Premier ministre Wen Jiabao lors d'une cérémonie au Temple du Ciel, haut lieu touristique de Pékin.

M. Wen a allumé la flamme qui doit accomplir un relais de neuf jours et passer par 11 villes avant le lancement des Jeux paralympiques de Pékin (6-17 septembre) auxquels doivent participer quelque 4.000 sportifs.

La sportive de 27 ans, originaire de Shanghai, est devenue une héroïne en Chine pour avoir protégé le 7 avril la torche, depuis son fauteuil roulant, face à un militant pro-tibétain, lors de son passage à Paris.

Le 22 avril, un émissaire du président français lui avait remis en main propre à Shanghai une lettre de soutien de Nicolas Sarkozy dans laquelle le chef de l'Etat lui avait dit toute son "émotion pour la façon dont (elle avait) été bousculée à Paris".

Le fiasco du parcours de la flamme olympique à Paris et les menaces de bouder la cérémonie d'ouverture des JO avaient provoqué un sérieux coup de froid entre la France et la Chine.

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-chine-escrimeuse-handicapee-fiasco-flamme-paris-relais-jeux-paralympiques

Le Zenit ajoute une Supercoupe à son palmarès

À Monaco, le Zenit Saint-Petersbourg a battu Manchester United sur le score de 2 buts à 1 et s'empare de la Supercoupe, qui oppose le vainqueur de la Coupe de l'UEFA à celui de la Ligue des champions.

Par Reuters (texte) / FRANCE 24 (vidéo)

* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Le Zenit Saint-Petersbourg a remporté vendredi la première Supercoupe d'Europe de son histoire en battant Manchester United 2-1 au stade Louis-II de Monaco.

Les vainqueurs de la Coupe de l'UEFA ont prouvé qu'ils n'avaient rien perdu de leur vista technique en dominant les champions d'Europe, encore un peu tendres en ce début de saison.

Sans Andreï Arshavine au coup d'envoi, le Zenit a dominé la première période et concrétisé à la 44e minute sur une tête au premier poteau de son attaquant international Pavel Pogrebnyak.

Arshavine rentré à la reprise, c'est pourtant un autre prodige, le Portugais Danny, qui inscrivait à la 57e le deuxième but russe au bout d'un slalom et d'une frappe pleins de maîtrise.

Daniel Miguel Alves Gomes a déjà justifié son transfert de 30 millions d'euros depuis le Dynamo Moscou et a montré une belle entente avec le reste de l'attaque du Zenit Saint-Petersbourg.

Le défenseur central de Manchester United, le Serbe Nemanja Vidic, a réduit la marque à la 72e minute sur une passe de Carlos Tevez.

Le rush mancunien dans les dernières minutes a buté sur le gardien russe Vyacheslav Malafeev.

Un très beau but inscrit par Paul Scholes...d'une volée de la main lui a valu un deuxième carton jaune synonyme d'expulsion.

Le Français Sébastien Puygrenier a joué une heure dans la défense centrale du Zenit durant cette Supercoupe d'Europe qui n'a pas dû rassurer le Real Madrid et la Juventus Turin, futurs adversaires du club russe en Ligue des Champions
Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-zenit-manchester-united-monaco-football-supercoupe-europe-uefa-ligue-champions-palmares-vainqueur

À Rock en Seine, Amy Winehouse brille encore par son absence

Pour la deuxième année consécutive, la sulfureuse chanteuse britannique Amy Winehouse n'est pas montée sur la scène du festival parisien Rock en Seine. Son porte-parole a indiqué dans un communiqué qu'elle était souffrante.

Par AFP (texte) / France 2 (vidéo)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

Amy Winehouse n'a pas pu se rendre en région parisienne pour un concert au festival Rock en Seine vendredi soir parce qu'elle était souffrante, a indiqué le porte-parole de la chanteuse.

"Amy Winehouse a malheureusement été dans l'incapacité de se produire au festival Rock En Seine à Paris (...) à cause d'une maladie", a indiqué son porte-parole dans un communiqué reçu samedi.

"Elle est tombée malade chez elle et n'était pas en état de voyager en France pour le concert", a-t-il ajouté sans plus de commentaires.

Rock en Seine, qui a dû annuler le concert après avoir été prévenu deux heures avant sa prestation prévue que la chanteuse ne serait pas là, a annoncé son intention de poursuivre en justice Amy Winehouse et son entourage.

C'est la deuxième année consécutive que la chanteuse anglaise, en proie à des addictions aux drogues et à l'alcool, fait faux bond au festival organisé dans le domaine national de Saint-Cloud, près de Paris.

Le mois dernier, Amy Winehouse s'est effondrée chez elle et a été hospitalisée après une réaction à un médicament, selon son porte-parole.

La diva de la soul, âgée de 24 ans, avait déjà été hospitalisée en juin après avoir perdu conscience chez elle. Les médecins lui avaient alors diagnostiqué un emphysème pulmonaire, selon son père.

Elle s'est tout de même produite cet été à plusieurs festivals en Grande-Bretagne, Glastonbury, V Festival et T in the Park, et au concert donné le 27 juin en honneur de l'anniversaire de Nelson Mandela à Hyde Park.

Amy Winehouse est attendue le 6 septembre au Bestival festival sur l'île de Wight (sud de l'Angleterre), et selon son porte-parole rien n'indique à ce stade qu'elle ne pourra pas s'y rendre.

Amy Winehouse, dont le mari Blake Fielder-Civil est en prison, fait régulièrement la Une de la presse tabloïde pour sa consommation présumée de stupéfiants. En janvier, le Sun avait diffusé une vidéo qui la montrait fumant ce qui pouvait s'apparenter à une pipe de crack.

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-amy-winehouse-festival-rock-seine-absente-france-sulfurence-paris

Des tumeurs cérébrales traitées sans ouvrir le crâne

À l'aide d'un laser, des chirurgiens français sont parvenus à détruire des métastases cérébrales sans ouvrir la boîte crânienne des patients. Une prouesse technique qui constitue une première mondiale en neurochirurgie.

Par AFP (texte) / France 2 (vidéo)

* Réagir (0)
* Imprimer
* Sauvegarder cette page

"C'est la première fois que l'on utilise une technologie laser en intracrânien, c'est-à-dire le crâne totalement fermé, associe à un contrôle IRM en temps réel pour éviter les dégâts collatéraux," a affirmé vendredi à l'AFP le Dr Alexandre Carpentier (hôpital Pitié-Salpetrière, Paris) qui a dirigé l'équipe de spécialistes de cette "première mondiale en neurochirurgie" selon l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris.

L'intervention a été réalisée sous anesthésie locale dans la boite crânienne par un petit trou de 3 mm par lequel une fibre optique équipée d'un laser a été introduite.

Huit malades, restés conscients pendant l'intervention, ont participé à cet essai clinique mené sous l'égide de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Les premiers cas sont parus dans la revue américaine Neurosurgery.

"Les patients souffraient de métastases cérébrales provenant de différents cancers -du poumon et du sein majoritairement- devenues résistantes aux traitements (chimiothérapie, radiothérapie, radiochirurgie...) et inopérables dans leur état sous anesthésie générale", a précisé à l'AFP le Dr Carpentier.

Il juge les résultats "concluants", "sans aucune complication (oedème, épilepsie)" et avec "dans six cas de traitements complets des métastases, cinq qui n'ont toujours pas de récidives depuis neuf mois en moyenne".

Les huit patients traités entre décembre 2006 et février 2008, représentent 15 traitements (9 partiels et six complets). En mars 2007, au vu des premiers premiers résultats obtenus, l'équipe avait été autorisée à élargir les indications (traitement de plusieurs métastases dont certaines plus grosses).

Vidéo: http://www.france24.com/fr/20080830-tumeurs-cerebrales-traitees-ouvrir-le-crane-%C3%A9decine-cancer

samedi 30 août 2008

communiqués du MNJ.










samedi 30 août 2008
Information

Après plusieurs mois de recherche et d’investigations, nous sommes aujourd’hui en mesure d’informer nos compatriotes des manœuvres qui, à Niamey, ont conduit à l’enlisement du conflit qui nous oppose aux autorités Nigériennes.

En déclenchant les hostilités, le MNJ s’est donné l’objectif d’amener le gouvernement Nigérien à prendre en compte la détresse et l’angoisse de nos populations et le développement de l’injustice dans notre pays, et ce en raison des multiples tentatives pacifiques restées vaines.

Cette opportunité a été saisie par un arriviste pressé en la personne du Ministre de l'intérieur Mr. Albadé Abouba qui voyait en cette aubaine la chance de sa vie : celle de devenir enfin l’homme incontournable aux yeux du président Tandja.

A chaque fois que les Nigériens tentent d’œuvrer pour la paix et la réconciliation nationale, le Ministre de l’intérieur réussit à en dissuader le Président de la République à qui il fait croire qu’il est capable de régler à sa manière ce conflit. Il se présente en expert de la question et seul en mesure de faire face à ce problème.

Il met alors en route une stratégie vieille comme le monde : «diviser pour mieux régner».
Pour arriver à ses fins, il a réussi à rassembler dans son salon quelques frères égarés et à déployer un important dispositif de renseignement.

Une aubaine pour plusieurs de nos compatriotes qui trouvent le moyen d’arrondir leurs fins des mois grâce au colportage, la calomnie et la délation. Pour ça, le ministre dispose du budget nécessaire pour mener cette action de bas étage.

A malin, malin et demi : certains Nigériens ont bien profité de cette situation pour fructifier leurs affaires. C’est ainsi que d’aucuns ont pris à la volée la fameuse formule des «combattants qui déposent les armes». Ces opérateurs économiques achètent des armes dans un pays voisin et font appel à des mercenaires payés à la tache pour jouer la scène et qui n’ont aucune formation du métier des armes. Le cas de Gouré est illustratif de cette manœuvre malsaine.

Voilà donc comment un individu sorti du néant a manœuvré dans l’ombre pour créer la haine et la désolation dans le seul but d’assouvir des ambitions personnelles.

Nous espérons qu’un jour le président de la république et les FAN découvriront son jeu et que justice soit faite.

Le mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 30.8.08

lundi 25 août 2008
Gouré : mort et désolation suite à une mesquinerie

Dramatique et lamentable ! Ce sont les seuls mots qui conviennent pour qualifier ce nième acte du pouvoir de Niamey.

De nouveau les nigériens ont été servis sur le plateau de Télé-Sahel !
C’est ainsi qu’ils apprirent que Bokar Sogoma «a déposé sans conditions les armes pour rentrer au bercail» : l’éternelle chanson servie par un journaliste de circonstance tel un perroquet sur l’un ou l’autre des médias nigériens qui ne savent plus à quel saint se vouer pour alléger leurs consciences.

Pour faire presque vrai, on ne s’empêcha pas d’inventer une date toute récente et de dire que Bokar Sogoma est rentré le lundi 18 août 2008 par Dirkou sans oublier d’ajouter que c’est avec un important arsenal de guerre composé de 500 mines antichars et de…. et de …. et de …. : armement étalé d’ailleurs sans honte ni pudeur !

Or, la vérité est que nous avons chassé Bokar Sogoma, à Tefarawt exactement, de nos bases, le 06/07/08 à 16H. Il est rentré à Agadez sur une moto que nous avons bien voulu lui donner.
Sinon, il n'est pas rentré à Agadez même avec son Thuraya que nous avons pris le soin de confisquer et sur lequel nous avons relevé tous les numéros des hommes politiques et des officiers des Forces Armées "Nigériennes" (FAN) auxquels il rendait, pendant tout son séjour au MNJ, régulièrement compte dans le cadre de la mission de renseignement qui lui a été confiée par eux : les informations fournies ont été d’un apport inestimable aux FAN au cours des attaques de Tadak et Tezirzaït.
Sous d’autres cieux Bokar Sogoma serait purement et simplement neutralisé pour qu’on en parle plus. Mais au MNJ, l’humanisme l’emporte sur la sauvagerie et la barbarie ; l’engagement volontaire sur la contrainte.

En réalité Bokar Sogoma n’était qu’un agent que le gouvernement a voulu infiltré au MNJ et à qui les combattants de la Justice ont laissé croire qu’ils n’ont pas compris son jeu jusqu’à ce qu’il se rende compte par lui-même qu’il a été découvert et qu’il n’ait plus pu supporter la mise en quarantaine pour demander de retourner.
Et voila qu’on ne redécouvre notre fameux Sogoma sur l’écran de Télé-Sahel que le 23/8/2008 soit plus d’1 mois et ½ après qu’il soit retourné auprès de ses mandataires !

S’il est tout à fait normal que ses mandataires rendent ce service à Sogoma pour qu’au moins ils puissent sortir pour dépenser en toute tranquillité les liasses encaissées pour services rendus et qu’il fallait aussi profiter de l’occasion pour jouer la scénette préférée de «Combattants du MNJ qui ont déposé les armes sans conditions et rentrés au bercail», ce qui par contre est malhonnête c’est de cacher aux Nigériens que Sogoma a passé le plus d’1 mois et ½ au Niger à faire la navette entre notre pays et la frontière tchadienne, en service commandé, accompagné de Boudal Bilal pour acheter aux frais du Peuple nigérien tout l’arsenal avec lequel il a été montré à Télé-Sahel car, il faudrait bien encore, comme d’habitude, mentir à la nation. Et, pour quel résultat ? 40 pauvres civils blessés et le nommé Boudal Bilal qui perdit malheureusement la vie au cours de ce grotesque montage.

Mais, il y a à côté de cela une autre triste réalité dont elle aussi, le pouvoir de Niamey ne voudrait en souffler mot. Ce qui est survenu à Gouré n’est nullement un accident.

En effet, et il faut le dire, l’une des mines (achetées à la frontière tchadienne et) qui a provoqué mort et désolation parmi les populations de Gouré, n’a pas explosé accidentellement. L’acte a été planifié et provoqué par «les éléments de Sogoma» dont on dit qu’ils sont rentrés avec lui, quand ils ont découvert toute la trahison et la manipulation dont ils furent l’objet. C’est d’ailleurs ce qui a fait que dès l’explosion, chacun d'eux s'est engouffré dans un des 4X4 amenés sur place pour l’occasion et a disparu dans la nature. Pour un fiasco, c’en est un, cette ridicule mise en scène !

Nous dénoncerons toujours les mensonges du pouvoir et dirons à chaque fois la vérité aux nigériens.

Il est cynique de penser qu’on peut gagner la guerre par écran de Télé-Sahel interposé et par le mensonge. Si c’est la guerre qu’il préfère au dialogue, alors le gouvernement de Niamey doit la faire dignement.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 25.8.08

mardi 19 août 2008
Démenti suite à la mauvaise foi du pouvoir de Niamey

Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) et son Président Aghali ALAMBO ont écouté avec horreur et stupéfaction l’interprétation perfide faite par le pouvoir de Niamey, du discours prononcé à Oubari en Libye par le Président de notre mouvement.

A cet effet, le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) et son Président Aghali ALAMBO tiennent :

1. à apporter la clarification que :

- le Président Aghali ALAMBO n’a prononcé le nom "MNJ" qu’une seule fois pendant toute la durée de son intervention. Et, c’était juste pour décliner son identité en lisant le message que Ibrahim BAHANGA lui a demandé de transmettre de sa part au guide de la révolution libyenne, son excellence le Colonel M. Kadhafi,

- à aucun moment, le Président Aghali ALAMBO n’a parlé d'alliance entre le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) et l’Alliance Touareg Nord Mali pour le Changement (ATNMC) : toutes les fois où le Président Aghali ALAMBO a eu à prononcer le mot "ALLIANCE" au cours de son intervention, c’était pour désigner l’"ATNMC" (l’Alliance Touareg Nord Mali pour le Changement) dont il transmettait le message de son Président, Ibrahim BAHANGA, au guide de la révolution libyenne, son excellence le Colonel M. Kadhafi,

- toute l’intervention du Président Aghali ALAMBO à Oubari s’est limitée uniquement à la transmission du message de Ibrahim BAHANGA au guide de la révolution libyenne, son excellence le Colonel M. Kadhafi,

- jamais le Président Aghali ALAMBO n’a parlé ni de libération des prisonniers ni de cessez-le-feu ni de déposer les armes de la part du MNJ.

2. à le dire, le faire savoir et le faire comprendre clairement à toutes les figures de mauvais augure, dont en premier lieu le pouvoir de Niamey, que le MNJ:

- n’est et ne sera jamais un mouvement sécessionniste,

- ne déposera jamais les armes, ou du moins ne les déposera que le jour ou toutes ses légitimes revendications seront satisfaites : la Synthese a été remise, à sa demande, au guide de la révolution libyenne, son excellence le Colonel M. Kadhafi. Nous la reprenons ci-dessous. ICI, LE DOCUMENT ORIGINAL

Le Mouvement.


Synthese du Programme des revendications du Mouvement des Nigeriens pour la Justice_(MNJ) :

Préambule :

Du déclanchement de la première rébellion armée (1991-1992) à nos jours, nous avons connus au Niger, deux (02) gouvernements de transition, deux (02) coups d'état militaires, deux (02) régimes dits «démocratiques».

Cette situation d'incertitude politique traduit largement le malaise des communautés nigériennes d’adhérer pleinement aux discours des différents régimes qui se sont succédés : la corruption gangrène le pays ; la mal-gouvernance règne partout.

Malgré tout, beaucoup d'espoirs ont été fondés ça et là pour permettre à la première flamme de la Paix de voir le jour.

Sinon, depuis la conférence nationale on assiste à une intensification des investissements qui revêtent plutôt un caractère politique au lieu d’une réelle intention de développement ; ceux-ci s’intéressant plus aux zones à fortes potentialités électorales, laissant à leur sort celles qui présentent une faible densité de populations malgré leur forte participation au budget national : à elles seules les richesses des régions Nord de notre pays alimentent à plus de 50% le budget du Niger.

La réduction des inégalités et de la pauvreté est ainsi compromise chaque année davantage.
Des assassinats politiques sont régulièrement recensés : parmi eux on dénombre celui de Mano Dayak, Chahaï Barkaé, Mohamed Inalher, Ibrahim Baré Maïnassara (Président de la république), etc.
Tous ces nigériens, assassinés par ceux qui demeurent encore au pouvoir, n'ont jamais pu bénéficier d'un procès juste.

Le quotidien des nigériens se limite à :
- des procès iniques et des emprisonnements des journalistes pour peu que ceux-ci tentent d’informer sur les crimes et les prédations sans limite des biens publiques,
- une gestion dictatoriale, clanique et partisane basée sur le clientélisme et les passe-droits ce, au vu et au su d'une assemblée nationale complice et obsédée par le seul enrichissement, sans délai, de ceux qui la composent.

Au mépris des populations qui vivent dans des conditions d'extrême pauvreté, le gouvernement reste inflexible et s’entête à vouloir, hypocritement, démontrer que le Niger n'est pas dernier au classement sur L'IDH.

Sur le plan social et syndical des mouvements d'arrêt de travail et de désobéissance civile ont été observés.
Là encore aucune solution juste et effective ne fut apportée : le mépris et la répression gratuite sont les seules options privilégiées par les gouvernants pour la gestion des crises.

Au plan militaire, on assiste à une politisation de plus en plus grandissante de l’armée. Cette politisation a conduit à des dérapages sans précédents. Des collusions entre officiers supérieurs et responsables politiques avides d’arriver au pouvoir suprême par la plus courte échelle ont conduit à l’orchestration des coups d’état sans la moindre justification ; le but étant aussi de se débarrasser des officiers, sous-officiers et hommes de troupe gênant par leurs prises de position contre des pratiques peu orthodoxes.
Ainsi, on assiste à des arrestations arbitraires, procès inéquitables, libération avec radiation de leur corps, sans le moindre motif valable, des officiers et hommes de rang qui n’ont eu pour seule tord que d’avoir voulu attirer l’attention sur les multiples dérapages dont ils sont témoins.
La carrière militaire n’est plus basée sur le mérite mais sur des considérations ethno- régionalistes et partisanes.

Ces injustices ont fini par porter un coup dur au sentiment d'appartenir à une famille militaire unie.
Quant à l'administration, la profonde politisation des structures de l’État a creusé un fossé qui s’approfondit chaque jour davantage entre les cadres et les citoyens : en son sein même, l’administration se caractérise par des marchandages, des partages ou des récompenses au détriment des compétences.
Par finir, on se retrouve avec une administration hétéroclite aux missions indéfinies : le laisser-aller côtoie un affairisme effréné et des prestations parallèles.
Tout ceci se traduit par une inefficacité criarde et le sentiment des citoyens d’être de plus en plus laissés à eux-mêmes.
Il est difficile d'admettre un recours aux armes nonobstant cette situation où se côtoient médiocrité, inefficacité, corruption, injustice et impunité et qui hypothétique la vie même de la nation.

Aussi, la situation du Niger doit être examinée avec recul, responsabilité et sans esprit partisan, en particulier dans les diversités culturelles, géographiques et socio-économiques des populations de notre pays ; un pays qui présente une spécificité d’être constitué de 2 types de populations et donc 2 espaces géographiques pratiquant 2 modes de vie quasiment différents.
En effet, on trouve au Niger un espace géographique sédentaire et un espace géographique pastorale. Il s’agit des populations sédentaires vivant essentiellement de l’agriculture et des populations éleveurs qui, elles, vivent quasi-exclusivement de l’élevage en se déplaçant dans une aire géographique naturellement définie et traditionnellement reconnue comme leur territoire.

De cette réalité il découle la nécessité de l’implication entière de chacune de ces populations dans la gestion respective de son espace.
De ce fait les éleveurs doivent avoir, eux aussi, pleinement le droit de possession foncière de leur espace : il n’y a pas de raison, et aucune, qu’un citoyen sédentaire puisse posséder de droit foncier sur la terre de ses ancêtres et que ce droit soit dénié à l’éleveur vivant pourtant sur la terre des siens.

Comment accepter que le citoyen sédentaire devienne propriétaire de terre de son collègue éleveur alors même qu’il est dénié à ce dernier tout droit foncier ?

Il y a là une justice à géométrie variable, exclusive par simple fait du mode de vie et de culture, ou tout simplement, une injustice tout court.

Il découle également et incontestablement de cette analyse que l’approche et la stratégie de développement doivent totalement être différentes selon qu’il s’agisse de l’un ou l’autre des ces modes de vie. D’où l’incontournable nécessité d’un système basé sur la préférence locale en terme d’administration mais aussi de conception et de mise en œuvre du développement.

Il y a donc la nécessité d’une politique de développement basée sur le système de référence des populations. Ce système induit, inexorablement, une refondation de l’organisation du système exécutif national en vigueur dans notre pays.

Le MNJ a élaboré à cet effet une forme de l’organisation de l’exécutif, appropriée au développement de notre pays pour le bien de toutes ses communautés.

L’égalité des citoyens n’est pas seulement dans les devoirs.
Les droits ne peuvent être exclusifs.
Et, l’organisation de la cité incombe à tous les citoyens tant en devoirs qu’en droits.

Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) est convaincu que la Paix définitive et durable dans notre pays est conditionnée par la satisfaction de ses légitimes revendications.

Introduction
Les revendications du Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) complètent le cadre des accords de paix du 24 avril 1995, signés entre l'ex-rébellion armée et le gouvernement du Niger.

Le MNJ souligne le non respect de ces accords mais aussi et surtout l'indispensable nécessité de corriger le manquement commis en matière d’aménagement du territoire (découpage administratif) et, apporte des innovations dans les différents domaines suivants :

§ politique
§ agriculture
§ santé
§ éducation
§ tourisme et artisanat
§ commerce
§ administration
§ sécurité
§ finances et plan
§ mines et industries
§ élevage
§ mobilité et voies de communications
§ justice

Par ailleurs, le MNJ entend se maintenir pour l'application de tous les engagements en cas d’accords ce, afin de les suivre en tant que force jusqu'à leur terme final.
Pour cela, il adoptera durant la réalisation des différents engagements, une organisation appropriée instaurant la confiance réciproque pendant tout le processus de Paix.

1. Découpage administratif et aménagement du territoire

En matière de découpage administratif, le MNJ est convaincu que notre pays se prête plus à une organisation administrative qui tienne compte de la configuration socio-économique, culturelle et linguistique de notre pays

Ce redécoupage peut s’envisager sous la forme de 4 grandes régions :
§ Ouest,
§ Centre-Sud,
§ Est,
§ Nord,

Ainsi, les populations du Djermaganda-Tillabéry, du Damagaram-Gobir-Arewa-Ader, du Kawar-Manga et de l'Aïr-Azawagh-Tadress, s’épanouiront pleinement dans toutes leurs dimensions socio-économique et politique dans un Niger multiculturel, décentralisé effectivement.
En effet, actuellement ces populations connaissent des difficultés énormes et des injustices de toutes sortes quant à leur insertion économique, sociale, culturelle et politique dans le tissu national.

Chaque Région sera organisée en collectivités administratives et territoriales qui respectent notre organisation coutumière.
Ainsi, des :
a. départements et arrondissements seront formés à l’intérieur de la Région, sur la base de regroupement des :
§ cantons, en zones sédentaires.
§ groupements, en zones pastorales.
b. communes seront constituées à l’intérieur des arrondissements, par regroupement des :
§ villages au sein d’un canton, en zones sédentaires,
§ tribus au sein d’un groupement, en zones pastorales.

Le chef-lieu de la Région sera :
§ un sultanat, là où il ya des sultanats.
§ une province, là où il n’y a que des provinces,
§ un canton, là où il n’y a que des cantons.

Le choix du chef-lieu de la Région entre les sultanats, les provinces ou les cantons se fait par consensus entre les autorités coutumières de la Région.

La règle du consensus entre cantons ou groupements, villages ou tribus, guidera aussi pour les choix à l’intérieur de la Région, des chefs-lieux des départements, arrondissements et communes.

2. Politique

Le système politique Nigérien est une «démocratie pluraliste» qui se caractérise, malheureusement, par la spécificité d’être organisée de façon que les différents partis se créent et s'allient non pas pour des raisons idéologiques mais pour le «partage du gâteau».
Les raisons ethno-régionalistes déterminent le choix électoral au détriment d'un programme politique axé sur la justice et le développement économique et social équitable.

La pauvreté ambiante et l'utilisation de la corruption, sous toutes les formes notamment par l'argent, pour les campagnes électorales biaise davantage les possibilités de choix électoral.
Les alliances contre-nature au niveau de l'assemblée nationale aboutissent à l’émergence des groupes d'intérêt économiques qui se partagent les marchés publics.
Ainsi, l'assemblée nationale nigérienne ne sert que de chambre d'enregistrement à un gouvernement composé des parents amis et connaissances qui ne voient et ne se soucient point de la situation économique désastreuse du pays : leur seule préoccupation est le confort arrogant dans lequel ils vivent.

Les représentants de l'État se comportent au niveau des régions, en «mercenaires politiques» chargés de défendre leurs intérêts personnels et ceux de leurs partis au lieu d’exiger une gestion dynamique, juste et transparente pour le développement des populations administrées.

Le cas de la région d’Agadez est très révélateur du cas de figure de la politique en pratique au Niger.
En effet, au niveau de cette région, la plus grande en termes de superficie et de potentialités économiques et culturelles, on ne dénote d’aucun investissement visible susceptible de témoigner d’un quelconque essor de la capitale d’une région économiquement pourtant riche.
Au contraire, elle brille par sa sous-représentativité, très flagrante, dans la fonction publique et les sociétés régionales, au niveau local et encore pire pour ce qui est du niveau national : 90% des ses fonctionnaires viennent des autres régions et la région se trouve ainsi confrontée à un taux de chômage de l’ordre de 80%. Les ressortissants de la région avoisinent à peine 12 % de la main d'œuvre des sociétés minières où ils n’occupent aucun poste de responsabilité.
Cette même sous-représentativité s’observe dans le domaine politique : 5 députés sur plus d'une centaine ; 2 ministres sur plus d'une vingtaine…
Et, ceci pour une région qui représente plus des ⅔ de la superficie nationale.
Elle est également sous-représentée à l'université et dans les écoles professionnelles, les conditions pour la poursuite des études étant extrêmement difficiles pour ses ressortissants.
Le système éducatif est en délabrement et le niveau des élèves est inquiétant : celui-ci se singularise par un important taux de déperdition scolaire.
Le système de santé est en décomposition et ne tient pas compte de lacomposante nigérienne vivant dans les zones pastorales.

Il n’existe aucune infrastructure pour la viabilisation durable des zones minières.Les financements des ouvrages ne sont jamais finis. Les rares réalisations qui sont achevées le sont sans respect des normes et des délais : le cas l'Aéroport moderne Mano Dayak et de l'hôpital sont à cet égard très illustratifs.

A tout cela, vient s’ajouter une armée et une police suspicieuses et corrompues, dont le comportement s’apparente à celui qui serait adopté en territoire conquis : elles terrorisent des populations qu'elles sont censées sécuriser.
L’administration quant elle méprise les administrés avec une insolente arrogance : elle ne leur parle qu’en termes de «vous» (la population) et «nous» (l'État), exprimant ainsi une sorte de néocolonialisme du fonctionnaire vis-à-vis de l’administré.

Les services techniques eux sont en totale hibernation. Sans moyens ni motivation, ils assument mal leur fonction et leur rôle, crevant ainsi inutilement le budget national.

Et pourtant, à Niamey, le pouvoir brade nuit et jour les permis de recherche et d’exploitation minières concernant la région d’ Agadez. Ce, avec la plus grande opacité et sans aucune consultation des populations autochtones ni profits pour elles : la main d'œuvre non qualifiée est importée pour ce qui est des sociétés chinoises de recherche de pétrole en est l'illustration parfaite.

Quant à la décentralisation, elle n’est juste qu’un simulacre. En effet, des retards et des disfonctionnements sont sciemment entretenus pour faire échouer le processus.

N’est-on pas en droit face à une telle situation de se demander si le Niger ne cherche pas par cette démarche à exclure une frange de sa population pour son développement ?
Pour la majorité des citoyens, le Niger se limite à Niamey la capitale (1000 Km). Cette situation plus qu'alarmante est une véritable bombe à retardement qui menace l'existence même du pays.

Faut-il ignorer volontairement cette réalité et taxer de régionaliste toute volonté des populations autochtones de réclamer le pouvoir de s'autogérer ?

Pour tous ces types des comportements et tant d’autres, le MNJ exige, et à l’échelle nationale, que :
§ les critères de diplômes soient considérés au même titre que ceux de l'expérience pour résorber la question de chômage de la jeunesse,
§ l’assemblée nationale soit revue afin qu’elle cesse d’être une chambre d’enregistrement et un véritable dortoir pour commerçants analphabètes dont le seul «apport» est de peser très lourd sur nos maigres moyens,
§ les partis politiques, toutes tendances confondues, créés sur la base des groupes ethno-régionalistes pour se partager le pouvoir et les postes soient refondus en, par exemple, 3 ou 4 parties,
§ soit abrogé l’article 141 de la constitution, pour traduire devant les institutions internationales compétentes les auteurs des crimes et leurs complices que cet article protège,
§ soit prévu dans le cadre du Code électoral, que tous les candidats à des postes électifs soient des autochtones au niveau des régions,
§ une répartition équitable du nombre des députés : cette répartition doit être déterminée de façon à ce que l’assemblée nationale ait une composition qui ne défavorise aucune région au profit des autres,
§ un niveau minimum d’instruction soit exigé pour être parlementaire.
3. Mines et industries

Les mines sont gérées de façon mafieuse. Elles constituent un fond politique énorme pour des recrutements partisans, des nominations et des récompenses dans un cercle étroit ; toutes choses qui jurent avec la bonne gestion au service du développement, sans compter qu’elles excluent les populations autochtones de toute retombée dans ce domaine.
Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) exige :
§ de revoir et corriger les injustices que subissent les travailleurs de la sous-traitance dans les unités de productions et les sociétés chinoises de recherches de pétrole. En effet ces travailleurs sont envoyés dans des carrières, les mines et les usines sans aucune protection. Ils sont victimes des traitements dégradants et discriminatoires dans les salaires, les transports, les soins de santé. Le MNJ exige des meilleures conditions de vie et de travail dans toutes les sociétés minières,
§ l’arrêt immédiat de la pratique d’embauche et de transfert des agents ayant quitté les sociétés minières dans le volet dit «départs volontaires» : certains agents occupant des postes à la Somaïr, Cominak…, quittent sciemment ces postes pour se faire embaucher dans les nouvelles sociétés.
Cette gestion égoïste constitue un blocage pour le rajeunissement et la redynamisation des entreprises.

En tout état de cause, dans le domaine de l’emploi des locaux à certains postes des sociétés minières, uranifères, pétrolifères, etc., le MNJ se porte garant de la promotion d’une politique équitable. Cette politique fait l’objet d’une fiche élaborée à cet effet.
En outre le MNJ exige :
§ l'ouverture d'une enquête scientifique indépendante pour faire l'état de lieu en matière de pollution et des conséquences de l’exploitation minière, uranifère et pétrolifère sur l’environnement et sur la santé des populations des zones, partout sur le territoire national où se situent les sociétés d’extraction et sont exploitées les ressources de notre sous-sol,
§ une participation des sociétés d'exploitation des ressources de notre sous-sol à la mise en valeur des zones d'exploitation pour participer au développement durable et faire de cet espace souvent dangereux une place où il fait bon vivre,
§ une politique axée sur un environnement sain pour les générations futures, un contrôle sévère et l'interdiction de la réutilisation de matériel pollué récupéré par les populations locales,
§ l’arrêt immédiat de la braderie des permis d'exploitation ce, au profit d’une gestion parcimonieuse et responsable des richesses de notre sous-sol,
§ un versement des 50 % des revenus des sociétés d'exploitation au profit des collectivités locales des régions où sont extraites les ressources du sous-sol,
§ une redistribution équitable entre toutes les régions du pays, des autres 50 % qui seront affectés au niveau national. A cet effet, le MNJ a élaboré le profil d’un comité national qui sera doté des pouvoirs nécessaires pour la gestion et la redistribution de ces 50%,
§ la construction des nouvelles cités d'habitation loin des zones à risque,
§ une concertation avec les populations avant l’octroi de tout permis de recherche sur leur lieu de vie,
§ la fermeture de toute ancienne carrière et une gestion transparente des déchets toxiques,
§ le subventionnement par les sociétés d'exploitation, de l'éclairage des régions où elles exercent leurs actives,
§ la rétrocession du matériel usagé, dépollué et exonéré aux collectivités locales.

Les sociétés doivent créer dans les régions où elles exercent leurs activités, un fond pour :
§ développer l’Agriculture, l’hydraulique et l’Elevage,
§ l’environnement,
§ l’Education, la formation, la recherche,
§ les routes et voies de communication,
§ la promotion socioculturelle,
§ les générations futures (10% du bénéfice brut chaque année), garanti par les nations unies.
§ d’appui à l’initiative privée,

Elles doivent aussi permettre aux populations locales :
§ d’accéder gratuitement à des soins de qualité,
§ de s’approvisionner en eau potable et d’arrêter la consommation de l’eau contaminée.

Les sociétés d’exploitation doivent avoir leurs sièges dans les chefs-lieux des régions.
Dans le domaine des mines et industries, le MNJ dispose non seulement d’une fiche technique détaillée mais aussi d’une politique claire.
4. Administration
Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) refuse qu’une quelconque composante des populations nigériennes continue d'assister en spectateur passif aux décisions censées régir sa destinée et réclame la participation pleine et entière de l’ensemble de nos populations à la gestion de la chose publique au niveau régional mais aussi national.
Les chefs traditionnels doivent être réhabilités pour jouer leur rôle et participer pleinement à la gestion traditionnelle du terroir.

Au niveau des régions, les postes de commandement (gouverneurs et préfets) doivent revenir aux ressortissants des régions en lieu et place du mercenariat habituel.

La conception et l’animation de la gestion du développement au niveau des directions régionales des sociétés publiques et parapubliques doivent revenir aux ressortissants des régions qui, mieux que quiconque, connaissent les réalités de leurs milieux.
L'agence nationale pour la promotion de l'emploi doit, strictement, pour résorber le chômage, privilégier les locaux.
Le remplacement des cadres doit se faire uniquement dans le cadre interne et régional.
5. Sécurité et Défense
Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) constate que le intégrés à la faveur des anciens accords souffrent, notamment pour ce qui est des éléments FNIS, du dictat des FAN, du manque de confiance de l'État. Ils n'ont aucune chance de progression dans leur carrière dans un État qui les regarde comme potentiellement dangereux alors même que le vrai danger pour la République est dans le bouillonnement silencieux de la grande muette.
Le MNJ exige comme principe de base de dissocier, dorénavant, la sécurité de la défense.
Pour mieux asseoir la sécurité dans le Nord de notre pays et au-delà, dans l'espace Saharien, le MNJ réclame :
§ la création d’un (01) état major des USS. Il sera basé dans la région qui couvre la plus grande superficie, entre la Région Est et la Région Nord, qui seront créées,
§ la création de deux (02) compagnies des USS, basées l’une à Diffa et l’autre à Agadez,
§ la création d’un (01) commandement inter-régional de la sécurité assuré par les USS et la police urbaine. Il sera basé là où se trouve l’état major des USS,
§ la mise sur pieds de cinq (05) bataillons des USS : quatre (04) dans la Région Nord et un (01) dans la Région Est.
Ces bataillons ont pour charge d'assurer toutes les missions de sécurité dans les zones sahariennes de notre pays. Ils doivent être la première force publique au contact des populations.
Une intégration de 3000 combattants au profit des cinq (05) bataillons doit s'opérer en complément des 13 années sans recrutement. Un recrutement annuel de deux cents (200) personnes au profit des bataillons doit être effectif.
Une formation continue et des stages appropriés des éléments des USS doivent avoir lieu en permanence.

Au niveau des forces armées nigériennes (FAN), un re-équilibrage ethnique s’avère plus que nécessaire pour doter notre pays d’une armée réellement républicaine. Désormais des quotas doivent être attribués et respectés pour tenir compte de l'équilibre régional et communautaire dans la construction du pays.
Les différents grades de la hiérarchie militaire doivent intégrés les quotas exigés par le MNJ : une fiche est élaborée à cet effet par le MNJ.

Les commandements des zones de défense Nord et Est doivent inévitablement associer les officiers issus des populations de ses régions.

Le MNJ exige, d’autre part, la réintégration dans leur corps avec tous les droits d’avancement et d’ancienneté ainsi que les dommages et intérêts, de tous les militaires injustement radiés de l’Armée lors des mutineries de Madawela, Diffa, Agadez et Niamey en 2002.
Au niveau de la gendarmerie, les quotas exigés par le MNJ et dont il a élaboré la fiche doivent être pris en compte.
Au niveau de la Douane, le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) exige la création immédiate de trois (03) Directions régionales des douanes : deux (02) dans la Région Nord et une (01) dans la Région Est.
Les cadres de la douane ressortissants de ces deux Régions doivent bénéficier des quotas que le MNJ a déterminés.

Au niveau des eaux et forets : un quota juste est étudié et retenu par le MNJ. La prise en compte de ce quota est incontournable.
6. Agriculture
Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) exige dans ce domaine :
§ la mise en valeur des énormes potentiels agricoles de toutes les régions au profit de leurs populations,
§ l'exonération pendant une durée déterminée, des produits agricoles,
§ la création de banques régionales pour le développement agricole dans chaque région,
§ la multiplication de coopératives agricoles communales,
§ la signature des conventions de coopération et de libre échange par chaque région avec les États riverains pour faciliter l'écoulement de la production agricole,
§ la multiplication des systèmes d'irrigation, de retenue d'eau et de protection des sols, dans chaque région : les soins d’identifier les sites indiqués doit être laissé à l’appréciation des populations locales,
§ la création et la multiplication des unités de transformation et de conservation des produits agricoles.
7. Elevage / environnement
Il a été toujours admis, sans raison, dans notre pays que toute terre non cultivée est vacante, de sorte que pour peu qu'un agriculteur vienne s’y établir, il se l’approprie avec acquisition de droit foncier.
Quant à l'éleveur, ses territoires de pâturage, celles de ses ancêtres, ne lui sont reconnus par aucun texte juridique.

Cette aberration doit être corrigée.

Vu les bouleversements climatiques et les conséquences désastreuses des sécheresses sur le secteur de l'élevage, une nouvelle politique axée sur un élevage intensif s'avère nécessaire et possible.

Aussi, le MNJ exige que :
§ soit reconnu le droit foncier sur les aires de pâturage, droit garanti parles chefs traditionnels,
§ la création des structures financières régionales encourageant le développement des activités pastorales,
§ la réalisation des forages là où il est indiqué dans les zones d'élevage,
§ la création des coopératives des éleveurs et des banques d'aliments pour bétail,
§ la reconstitution du cheptel,
§ la mise en place d’une politique adéquate de commercialisation du bétail et des produits dérivés de l'élevage,
§ l’implantation d'unités de transformation et de conservation des produits d'élevage,
§ la protection des aires des pâturages,
§ les signatures des conventions et d’accord de libre échange avec les pays riverains pour la commercialisation du bétail et des produits dérivés de l'élevage.
§ l’amélioration des services et création des cliniques vétérinaires,
§ le financement de l'élevage d'embouche,
§ en cas de reconversion des éleveurs, un appui technique adéquat et un suivi constant sont impératifs,
§ l’arrêt immédiat et sans condition des missions clandestines de massacres de la faune dans les zones pastorales
§ le traitement du charbon minéral, la vulgarisation de son utilisation et l’arrêt de l’utilisation du bois de chauffe et de la coupe de panicum,
§ des programmes de plantation des arbres et la gestion rigoureuse de leur exploitation,
§ la création des unités de recyclage des déchets plastiques,
§ interdiction d’importation des sachets plastiques.

8. Commerce

§ création des banques d'investissement régionales pour relancer les opérateurs économiques locaux avec des politiques incitatives à l’entreprenariat,
§ exonération fiscale et douanière pendant une durée déterminée, des activités commerciales et service des opérateurs économiques locaux,
§ exonérations fiscale et douanière des produits de première nécessité pour une durée variable en fonction des régions,
§ création des conditions pour mettre en place des conventions de partenariat économique et des ententes commerciales avec les pays limitrophes,
§ libéralisation du marché des hydrocarbures et arrêt du monopole de la SONIDEP pour diminuer la dépendance vis-à-vis des fournisseurs actuels,
§ redynamisation et restructuration de la SONICHAR pour réorienter ses activités sur le développement local,
§ implication des populations locales dans la structure de gestion de la chambre de commerce,
§ création d'un centre de formation et d'encadrement sur les techniques commerciales.
9. Tourisme et artisanat

§ Promotion sur le plan international du potentiel touristique nigérien par des professionnels qualifiés,
§ Réhabilitation des aéroports aux normes internationales,
§ Mise en place des fonds régionaux d'investissement pour le développement de l'activité touristique,
§ Recensement et protection de tout le patrimoine touristique,
§ Construction des musées régionaux,
§ Restitution au profit des régions d’origine de tout le patrimoine touristique et scientifique qui y a été subtilisé ou soustrait,
§ Réhabilitation et promotion des unités hôtelières,
§ Réduction des taxes aéroportuaires pour inciter la desserte,
§ Levée des visas touristiques pour une durée déterminée,
§ Promotion de l'artisanat et du tourisme,
§ Création d'un Institut Universitaire et Technique en Tourisme,
§ Mise aux normes des unités des sapeurs pompiers et leur dotation en matériel adéquat,
§ Construction d’un marché moderne dans chaque chef-lieu des régions,
§ La tenu d’un forum national sur le tourisme au Niger afin d’asseoir une politique de tourisme de développement.
10. Finances, Economie et Plan

§ Permettre une plus grande transparence dans les finances publiques et parapubliques par la décentralisation de l’inspection d’État et la mise en place d'organes régionaux de contrôle,
§ Une gestion transparente du système de péage routier et la restitution des collectes aux collectivités décentralisées,
§ Décentralisation du budget annuel dans toutes les directions régionales du pays y compris le budget d'investissement et création des trésors régionaux,
§ Mise en place d'une banque d'aide aux populations défavorisées avec un système de crédit qui tienne compte de la-non disponibilité de garantie,
§ Allocation des 50 % des recettes douanières régionales, aux collectivités locales,
§ Réaménagement des exonérations douanières allouées aux sociétés qui exploitent les richesses du pays
11. Education

§ Enseignement des langues locales,
§ Vulgarisation par chaque région de sa culture,
§ Multiplication des écoles dans chaque région,
§ Mise en place des cantines scolaires et internats ou subventions aux tuteurs là où cela s’impose,
§ Réadaptation des manuels scolaires au mode de vie dominant dans chaque région,
§ Formation en quantité et en qualité des enseignants de carrière et arrêt pur et simple du système dit «contractuel», inefficace et dégradent,
§ Multiplication des projets de financement pour l'éducation des jeunes filles,
§ Création d'instituts d'enseignement supérieur et technique dans chaque région,
§ Création d’un quota régional pour les bourses d’étude et de formation à l’étranger,
§ Signature des conventions avec les partenaires pour l’octroi des bourses d’études directement aux régions.
12. Culture

Pour développer une culture il faut la connaître et la diffuser. Les autochtones doivent penser, concevoir et animer l'élan culturel.
§ Recenser, développer et protéger le patrimoine culturel régional,
§ Redynamiser les directions régionales de la culture en associant cultures et tourisme,
§ Octroyer du crédit d'encouragement à la création artistique et culturelle,
§ Dépolitiser les grandes rencontres culturelles annuelles et créer un fond pour l'appui à la production culturelle,
§ Créer des centres régionaux de promotion musicale et artistique.
13. Santé

Le système de santé de notre pays n’est pas adapté à toutes ses composantes : il est pensé pour des zones à forte densité de population.
La population pastorale dispersée, doit jouir de son droit inaliénable à la santé pour tous.

Des vastes programmes régionaux de formation des agents de santé doivent être initiés pour mettre fin à l'absentéisme et l'affairisme chronique des agents très souvent non habitués au style des vies des zones où ils sont appelés à aller pour y servir.

Il est nécessaire de procéder à la réhabilitation des formations sanitaires et promouvoir la fourniture de soins de qualité, gratuits pour les populations des zones d'exploitation des ressources du sous-sol.

Chaque région est appelée à construire, réhabiliter et équiper en moyens humains, médicaments et matériel ses unités sanitaires.
Elle doit également mettre en place des unités privées d'assainissement et de démoustication dans ses différents centres urbains : les subventions seront ainsi mises à contribution.

Les mairies seront appelées à :
§ construire des systèmes d'évacuation des eaux usées dans les villes, recycler ces eaux et le réutiliser pour l’arrosage des ceintures vertes,
§ réhabiliter des normes de qualité et de sécurités dans les mines et les hôpitaux avec une utilisation du personnel qualifié,
§ réhabiliter les hôpitaux régionaux et les hôpitaux départementaux pour en faire des réels centres de référence,
§ faciliter l’accès aux soins pour les masses rurales,
§ sensibiliser les populations de leurs régions respectives sur le SIDA,
§ assurer la couverture sanitaire des victimes de l'exploitation des ressources du sous-sol et leur indemnisation même après la retraite,
§ multiplier les points de santé animale,
§ créer des centres de formation en santé humaine et animale,
§ créer des unités mixtes pour la réinsertion socio-économique des handicapés,
14. Voies de communication
Dans les domaines de l'équipement et de la communication, il est indispensable de désenclaver chaque région. Le MNJ a élaboré un plan détaillé de désenclavement des régions par le bitumage des axes routiers. Celui-ci sera amélioré et complété par chaque région en fonction de ses impératifs.


15. Justice et droits de l'Homme

La justice n’échappe pas non plus à la tragédie : l’argent et les relations en haute sphère garantissent l’impunité quels que soient les crimes et abus commis.

Ainsi, les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont bafoués tous les jours : arrestations arbitraires des citoyens, des journalistes, interdictions des médias, musèlement de la liberté d’opinion, etc.
Seule est permise l’apologie de la violence.

Convaincu que l'injustice constitue le plus grand risque de désintégration de la nation, le MNJ reste intransigeant devant la nécessité d'un respect scrupuleux de la justice pratique et équitable pour tous les citoyens. Il exige, par ailleurs, que l’impunité soit à jamais éradiquée de notre pays : les auteurs, co-auteurs et complices d’assassinats et meurtres seront traduits devant une justice libre et indépendante ; une justice au service de la nation.
Il est un besoin vital pour le Niger que lumière soit faite sur les crimes graves dont les citoyens ont été témoins au cours de ces dernières années.
L’oligarchie érigée en système de gestion de l'État, le règne de la psychose pour se garantir le pouvoir et l’impunité sont des freins à l'expression sans complexe des talents ; donc porteurs de sous-développement.
La liberté de la presse dans un État de droit est une garantie constitutionnelle qui ne peut et ne doit souffrir d'aucun compromis ou complaisance.
L’État, c’est l’ensemble des citoyens. Le gouvernement n'est qu'un instrument qui doit se mettre au service de la Nation.
Le pouvoir se doit d'apporter des solutions aux préoccupations du peuple et non se mettre en opposition à toute demande des populations. Le droit à l'éducation, à la santé et à la sécurité sous toutes ses formes ne doit souffrir d'aucun laxisme.
Une décentralisation de la justice est un impératif : aucune région ne dépendra dorénavant d’une autre.
L’établissement de la vérité en prélude à l’avènement d’une justice véritable au Niger est une condition incontournable.
Aussi, le MNJ exige :
§ les dédommagements des familles des civils innocents, victimes de tueries, d’arrestations arbitraires, de destruction des biens et animaux dans les zones de conflit,
§ la réparation des préjudices subis du fait des conséquences de la mise en garde, notamment en ce qui concerne les activités socio économiques,
§ une enquête internationale pour faire toute la lumière et traduire devant les juridictions compétentes, les responsables de la mort d’Ibrahim Baré Maïnassara, de Mano Dayak, de Chahayi Barkaé ainsi que ceux des massacres des populations perpétrés à Tezirzeit, Iferouane, Gougaram, Amidar, Arlit, Agadez, Tidène, Tourayate, Tiguidit, etc.,
§ Traduire en justice les responsables des ignobles massacres de Tchintabaraden,
§ la tenue d'un forum pour des réflexions impartiales en vue une reforme globale du système politique en cours au Niger.

Pour ce qui est des différents crimes commis par le pouvoir, un dossier complet est constitué par le MNJ.

En résumé, la JUSTICE doit être au service du peuple et non un instrument qui valide les déraillements du pouvoir.
ConclusionLes régions dont le MNJ voudrait doter le Niger sont des entités socioéconomiques et culturelles authentiques et viables.
Ce sont des régions susceptibles de s’autosuffir et servir de tremplin de développement pour un pays gangrené par la mal gouvernance et de ce fait devenu le plus pauvre de la planète.

Les populations nigériennes régies par un découpage administratif inadéquat et déformant leurs réalités socio-économiques et culturelles, dégoûtées par une politique basée sur une administration inadaptée ont un autre goût que celui d'une véritable démocratie.
L'obligation de supporter des responsables politiques prédateurs qui font tout pour les frustrer en leur déniant leurs droits pour des raisons insensées, utilisant la terreur répressive comme moyen de consolidation nationale au détriment de la justice et de la symbiose des peuples est loin d'être une politique adéquate et de confiance mutuelle.
Après avoir expérimentés la politique de la résignation générale et de l'assimilation serviable, les nigériens se sont finalement rendus compte que cela ne leur servira à rien de continuer dans cette voie : pour peu qu’ils demandent à rentrer dans leurs droits les plus élémentaires, ils sont vite qualifiés de tous les maux.
Et, la situation risque de perdurer tant que nous ne nous déciderions pas à agir pour prendre en main notre avenir.
Le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) pense désormais que le découpage administratif approprié et la représentation adéquate de toutes les composantes nigériennes au sein de l’exécutif ainsi que dans tous les démembrements de l'État, doivent être consacrés par la constitution de façon irréversible.

Vive le Mouvement des Nigériens pour la Justice.
Pour un Niger de Justice, d’équité, de bonne gouvernance et de prospérité.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 19.8.08

samedi 9 août 2008
Communiqué : Pilonnage de la position militaire de Tchirozérine

Courant cette nuit du 08 au 09 août 2008, nous avons, à 21heures, procédé à un pilonnage de la position militaire de Tchirozérine.

Nous avons spécifiquement ciblé la position des Forces Armées "Nigériennes" (FAN) à Tchirozérine pour mettre fin aux tirs des obus effectués, depuis ce point, sur les populations civiles vivant dans les différentes vallées de la commune de Tchirozérine.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 9.8.08

Libellés : INFORMATIONS

Gabon / Des opérateurs économiques nationaux et étrangers annoncent la création d’un nouveau Groupe BTP au Chef de l’Etat


Gabon / Des opérateurs économiques nationaux et étrangers annoncent la création d’un nouveau Groupe BTP au Chef de l’Etat



LIBREVILLE, Gabon, 30 août 2008/African Press Organization (APO)/ — Une forte délégation d’opérateurs économiques accompagnée par le ministre des Finances, Paul Toungui, venue annoncer, au président de la République, la création d’un nouveau consortium dans la sphère économique gabonaise, a été reçue ce vendredi 30 août 2008 par Hadj Omar Bongo Ondimba, au palais présidentiel du Bord de Mer à Libreville.

Le nouveau groupe venu prendre l’onction présidentielle, entend opérer dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) et réunira en son sein, des opérateurs économiques gabonais, chinois de Shangaï, et quelques espagnols.

C’est dans son ambition de promouvoir les compétences et l’entreprenariat national tout autant que les investissements étrangers au Gabon, que le président de la République encourage ce genre d’initiatives pourvoyeuses d’emplois, d’infrastructures et de dividendes pour l’Etat et les populations locales.





SOURCE : Presse Présidentielle, Gabon

Santé / Environnement / Les ministres africains de la santé et de l’environnement unissent leurs forces pour protéger la santé contre les dommages à l


Santé / Environnement / Les ministres africains de la santé et de l’environnement unissent leurs forces pour protéger la santé contre les dommages à l’environnement



LIBREVILLE, Gabon, 30 août 2008/African Press Organization (APO)/ — Les Ministres africains de la Santé et de l’Environnement ont décidé de constituer une alliance stratégique dans les domaines de la santé et de l’environnement aux fins de réduire les risques environnementaux qui pèsent sur la santé et le bien-être humains.

Au terme d’une réunion inédite tenue au Gabon, les ministres ont adopté et signé la Déclaration de Libreville qui engage les Gouvernements à prendre des mesures adéquates pour stimuler les changements nécessaires au plan stratégique et institutionnel et en matière d’investissements, permettant de tirer le plus grand parti des synergies entre la santé, l’environnement et d’autres secteurs concernés.

Selon le Dr Luis G. SAMBO, Directeur Régional de l’OMS pour l’Afrique « La signature de cette déclaration historique, constitue la première étape pour sauver les vies de millions de personnes des effets néfastes des changements que subit l’environnement. Nous travaillerons ensemble pour promouvoir des alliances stratégiques entre la santé et l’environnement. Je me félicite que nous ayons réussi à obtenir l’engagement politique pour promouvoir les changements institutionnels nécessaires à l’amélioration de la santé et du bien-être des communautés dans la région. »

Après des discussions sur diverses questions, les délégués ont estimé que les causes fondamentales de la dégradation environnementale à l’échelle mondiale sont liées aux problèmes économiques comme la pauvreté généralisée, les modes de production et de consommation non durables, la répartition inéquitable des richesses et le fardeau de la dette. Ces problèmes se traduisent par le paludisme, la tuberculose, le choléra, la fièvre typhoïde, la dracunculose, l’helminthiase, la schistosomiase, l’asthme, la bronchite et les maladies cardiovasculaires pour lesquelles des millions de personnes vivant dans la région payent un lourd tribut.

Selon le Dr Maria Neira, Directrice du Département de la Santé Publique et de l’Environnement de l’OMS « la Déclaration de Libreville est un événement important pour l’Afrique. Nulle part ailleurs, l’impact des risques environnementaux sur la santé humaine ne se fait sentir avec autant d’acuité. Le défi maintenant est de veiller à ce que l’Afrique s’engage dans le programme mondial de santé environnementale ».

Les délégués ont souligné la nécessité d’aborder ensemble les questions de santé, d’environnement et de développement économique qui sont étroitement liées, de manière à générer de nouvelles synergies en matière de réduction de la pauvreté et d’équité sociale. Les Ministres ont exprimé leur volonté de rechercher activement des partenariats avec la société civile, notamment le secteur privé, et de faire appel à leur expertise pour effectuer les changements susceptibles de contribuer à l’amélioration de la situation environnementale de l’Afrique.

Mme Angélique Ngoma, Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique chargé de la Famille et de la Promotion de la Femme du Gabon a déclaré : “ Cette conférence restera dans les annales de l’histoire africaine comme étant la première qui a suscité une synergie d’action politique et de complémentarité, entre la santé et l’environnement, pour le développement durable”.

La déclaration exhorte les Etats Membres notamment à:

*
Mettre à jour leurs politiques nationales et les cadres de coopération sous régionaux et régionaux pour y aborder de manière plus efficace la question des liens entre la santé et l’environnement par l’intégration de ces liens dans les politiques, les stratégies et les plans nationaux de développement ;



2. Assurer l’intégration des objectifs convenus dans les domaines de la santé et de l’environnement dans les stratégies de réduction de la pauvreté ;

3. Mettre en œuvre des programmes prioritaires intersectoriels à tous les niveaux en santé et environnement visant à accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement ;

4. Renforcer les capacités nationales et régionales pour permettre d’aborder la question des liens entre la santé et environnement par la création et le renforcement d’institutions de la santé et de l’environnement.

Exprimant son appréciation pour les résultats obtenus au cours de cette conférence interministérielle historique, le Directeur du Bureau régional pour l’Afrique du PNUE , Mounkaila Goumandakoye a , pour sa part, déclaré : « Pendant trop longtemps, la santé et l’environnement ont cherché à faire face aux conséquences en aval des politiques concernant l’environnement, la santé et le développement économique, qui ont été conçues en parallèle et non pas de concert. En mettant en exergue les liens inextricables entre la santé humaine, la durabilité des écosystèmes et les biens et services qu’ils fournissent, cette conférence inédite en Afrique réaffirme que le travail du secteur de l’environnement concerne le bien-être humain et qu’en agissant ensemble, de manière proactive, la santé et l’environnement sont des partenaires essentiels au développement dans l’atteinte des objectifs de développement mondiaux et nationaux. »

La conférence qui s’est tenue à Libreville, Gabon, pendant quatre jours, a regroupé des centaines de délégués, notamment, des Ministres de la Santé, des Ministres de l’Environnement, des experts de haut niveau, des universitaires, des décideurs, des institutions bilatérales et multilatérales et des ONG.





SOURCE : World Health Organization (WHO)